développement personnel & Reconfiguration psychocorporelle -

Bienvenue sur mon blog consacré au développement personnel

II- Anatomie de notre pouvoir de décision

La somme totale de nos décisions jusqu’au moment présent définit la qualité de notre vie « actuelle », et rend notre IDENTITÉ unique et différente de toute autre personne. Nous prennons des décisions sur la base de nos « préférences », et nous utilisons notre frontière personnelle pour PRESERVER & RENFORCER nos préférences afin de donner à notre IDENTITÉ sa forme en y emmagasinant les données qui décrivent notre IMAGE DE SOI ! Nos décisions sont également ce qui définit notre CROISSANCE : C’est la qualité de notre pouvoir de décision qui définit notre niveau de maturité. Nos décisions délimitent à quel stade de développement nous en sommes de la maturité psychologique. Le plus MATURE nous sommes, et le mieux nous sommes équipés pour l’accomplissement durable de soi et la plénitude qui sont notre mission ultime en tant qu’être humain !

Beaucoup d’entre nous nous retrouvons coincés très jeunes dans certains schémas de décisions/comportements qui sont caractéristiques de l’enfance: les mécanismes de défenses du Moi ! Nous connaissons tous dans notre entourage des personnes se morfondant dans « l’attitude de la victime », faisant des comptes négatifs à propos des autres (rancune), se comportant de manière passive-agressive (narcissisme pathologique et addictions), se complaisant dans les ragots et le commérage, blâmant les autres pour leurs problèmes, ou pratiquant la politique de l’autruche (Isolement, Déni et passivité).⇒Toutes ces « stratégies » correspondent en fait à des mécanismes immatures de défense du Moi et sont seulement des habitudes et des routines  que nous avons éventuellement appris à utiliser dans un certain type de décisions !Notre pouvoir de décision est comme le moteur de nos décisions. Notre objectif en ce qui concerne cette ressource intérieure est de la rendre plus mature afin de mieux nous en servir. Les mécanismes sains de défense du Moi sont comme un type de « moteur» plus sophistiqué, plus précis et plus efficace, impliquant peu ou pas de souffrance (peu ou pas de tentatives de contrôler l’incontrôlable) !

3 principes à méditer sur la nature de nos décisions:

-Nos décisions sont responsables de notre CROISSANCE
lorsque nous utilisons notre pouvoir d’auto-observation pour les analyser

-Nos décisions sont responsables de nos « problèmes »
lorsque nous fonctionnons en pilotage automatique!

- Un ensemble de décisions répétitives similaires en nature se rassemblant et passant au niveau subconscient (mode pilotage automatique) est appelée une HABITUDE !

-Chaque décision que nous avons prise jusqu’à présent a été
soit CONSTRUCTIVE, soit  DESTRUCTRICE.

- Ce qui signifie que nous avons des HABITUDES CONSTRUCTIVES et des HABITUDES DESTRUCTRICES (qui correspondent à ce que la psychanalyse nomme les mécanismes immatures de défense du Moi)

1- La DESTRUCTIVITÉ & la CONSTRUCTIVITÉ

Dans le modèle MIND O.S, la DESTRUCTIVITÉ est ce que nous appelons une pensée/attitude GAGNANT/PERDANT : Il s’agit d’un mode de pensée immature qui perçoit le monde humain comme un endroit de pénurie/raréfaction /disette/manque, où l’on doit éliminer les autres pour survivre et avoir ce que l’on désire! « Pour que je gagne, l’autre doit forcément perdre ». Ce positionnement intérieur -cette pensée/attitude – se trouve derrière toute forme d’immaturité, de mensonge, de destructivité, de criminalité, de fascisme, et derrière ce que les théologiens nomment le « péché » et le « mal » !

La CONSTRUCTIVITÉ est ce que nous appelons une pensée GAGNANT/GAGNANT : Il s’agit d’un mode de pensée/comportement mature et patient qui voit le monde humain comme un endroit d’ABONDANCE, où il y a assez de ressources et d’énergie pour que tout le monde atteigne sa plénitude!

Dans ce mode de prise de décision, nous voyons chacune de nos actions comme potentiellement constructive et utile pour les autres comme pour nous-même ! Nous percevons les diverses «opinions » variées comme toute « justes» et « réelles » depuis leurs points de vue relatifs ! Nous respectons donc les frontières personnelles des autres avec leur droit inaliénable à choisir leur vie et à avoir leurs opinions! Notre POUVOIR DE DÉCISION existe sur un spectre de fonction, nourrie par 2 sous catégories de ressources qui sont comme 2 radars internes:L’INTUITION et LA CONSCIENCE

-Notre Conscience est un radar interne : quelque chose en nous qui sait si nous sommes sur le point d’actualiser une décision destructrice ou constructive pour nous-même et/ou l’environnement. Il s’agit de notre sens moral/éthique en rapport à nos actions et à nos choix!

-Notre Intuition correspond à l’inverse : quelque chose en nous qui ressent si l’environnement est sur le point d’être destructeur ou constructif envers nous, ou si cet environnement correspond à un « milieu » adéquate pour croître et atteindre nos objectifs ! Il s’agit de notre « ingéniosité » : notre capacité à gérer pratiquement et constructivement l’environnement !

-    Nous appelons le point d’équilibre entre la conscience et l’intuition la SAGESSE : un équilibre parfait entre les exigences de l’environnement et nos besoins/désirs intérieurs! Nous devons nous rappeler que toute décision a une répercussion constructive ou destructive, sur nous-même comme sur les autres.

 

01.jpg

 

a) Les décisions constructives sont des attitudes, des idées, des paroles ou des émotions GAGNANT/GAGNANT. Elles traduisent un caractère mature !

b) Les décisions destructrices sont des attitudes, des idées, des paroles ou des émotions GAGNANT/PERDANT. Elles  traduisent un caractère immature et produisent un mouvement contractant qui entrave notre croissance personnelle. Si nous nous entêtons à prendre des décisions destructrices, nos décisions peuvent même aller jusqu’à arrêter notre croissance, et nous faire avancer à reculons : c’est la définition de la REGRESSION.

c) Et enfin, une personne qui ne prend carrément plus de décisions (passivité et déni) se retrouve encore plus rapidement avec un sentiment d’être moins vivante⇒Cause directe de son absence de décisions!! Si nous prenons maintes et maintes fois le même type de décisions (répétition), alors cette habitude a acquis un grand « poids » ou « élan », accélérant en vitesse : Nos habitudes portent en elles un grand élan : Plus on « pratique » une habitude, plus elle devient lourde, mécanique, rapide et donc difficile à stopper! Ce phénomène s’applique autant aux habitudes négatives (destructrices) qu’aux habitudes positives (constructives), le cycle se perpétuant pour le meilleur ou pour le pire !

LES HABITUDES : Répétition automatique d’un certain type de décisions 

011.jpg

Cela signifie que si nous visons un certain objectif dans nos vies, nous devons choisir consciemment un certain type de décisions et les répéter patiemment à mainte et mainte reprise, leur donnant ainsi progressivement un « poids » et un « élan » sur le long terme! C’est la DÉFINITION ET LA RÉCOMPENSE DE L’AUTO-DICIPLINE

 

C’est avec l’’outil de l’Iteration (iterative : Qui est répété plusieurs fois)
que nous allons créer ou eliminer des habitudes:

1) Nous utilisons notre pouvoir d’auto-observation
pour mesurer les résultats que nos décisions produisent.

2) Puis nous tirons une leçon de ces résultats

3) et enfin nous réajustons nos décisions en fonction de la leçon apprise
Nous faisons cela dans notre vie quotidienne jusqu’à ce qu’une formule qui marche se soit précisée par l’expérience vécue ! Tenir un journal peut beaucoup aider. Lorsque nos habitudes commencent à amener de bons résultats, l’environnement semble devenir plus constructif envers nous. Les situations changent. Une fois assez répétée et vérifiée, cette routine constructive passe d’elle-même en pilotage automatique ! Nous avons intentionnellement et pro-activement « CRÉE » une habitude constructive !

2- Mécanismes de défense du Moi : maturité et immaturé
Nous ne pouvons rien entreprendre ni changer nos habitudes limitantes sans la présence de l’Observateur (pouvoir d’observation et niveau d’attention) ! Le processus passe d’une pensée mécanique et automatique (pilotage automatique) à une pensée attentive en mode observation de soi. Nous pouvons ensuite DECIDER de construire de nouvelles habitudes plus constructives et avec assez de pratique, nous donner un élan expansif assez puissant nous portant dans la bonne direction!

Exemples de mécanisme de défense immature du Moi :

-    La non-différenciation et l’incapacité à simplement voir et écouter les autres   (trous et murs) prends 2 formes :

- La co-dépendance agressive:   « tu dois penser et agir comme moi pour que je t’aime »… »Pour que J‘ai raison, tu dois avoir tort »  (trous)

-La co-dépendance passive :« Je dois penser et agir comme toi pour que tu m’aimes »…  « Pour que tu aies raison, je dois avoir tort » (trous)

-    L’hypocrisie, le mensonge et toute attitude ou décision qui utilise ou/et blesse les autres afin d’en tirer un bénéfice pour soi-même!

-    L’isolement, le mutisme et le refus de communiquer (murs)

-    La négativité et le pessimisme

-    Le déni : « Je n’ai aucun problème » (murs)

-    Le regret, les plaintes

-    La responsabilisation des autres: ‘je souffre à cause de …».

-    Le ressentiment : Faire des comptes (silencieusement ou pas)  sur les gens et entretenir sa rancune (trous) en discutant avec soi-même

-    Le Blâme de soi : « je me déteste, je ne vaux rien, c’est ma faute»

-    La jalousie et l’envie (trous)

-    La passivité et l’inertie (murs)

-    La vengeance (trous)

Les mécanismes de défense immature du Moi peuvent être comparées à un type de décisions qui vont souvent de pair avec des trous dans notre frontière personnelle – une forme de Déni ou nous « décidons » de voir un territoire au-delà de notre frontière personnelle comme nous appartenant et passant sous notre contrôle – et également avec des murs : se couper et se désensibiliser de tout ce qui se trouve au delà de notre frontière personnelle !

Exemples de mécanisme de défense mature du Moi :

 

-    La satisfaction retardée et anticipée: la capacité à l’auto-discipline : planifier la satisfaction/le succès/le plaisir en établissant une stratégie patiente et efficace vers ce but!

-    La sublimation : Prendre un domaine incontrôlable de notre vie et rediriger temporairement l’énergie et le temps qu’on y investissait vers un domaine que nous contrôlons !
-    L’anticipation : Voir en amont les éventuels dangers et s’adapter
à l’environnement afin de les minimiser
-    L’assurance et L’affirmation positive de soi : Aller sans hésitation vers les expériences et les situations nécessaires pour que nos besoins soient satisfaits sans blesser les autres !
-    Le courage : La capacité à sortir de sa zone de confort et à prendre des risques : Faire ce qu’il faut en dépit de l’inconfort, du risque et de la peur de l’inconnu : creation proactive d’habitudes constructives !

Qualités d’un caractère mature :

-    L’estime de soi : confiance et bien-être
-    La remise en question et la responsabilisation de soi
-l’interdépendance (passage de l’indépendance à l’intimité profonde et vice versa + la capacité à dire oui et à dire non + la capacité à dire NON et à recevoir NON)
-    La capacité à communiquer ses besoins clairement
-    L’optimisme
-    L’intégrité et les comportements éthiques
-    L’empathie : la capacité à simplement voir et écouter les autres
-    La pro-activité
-    Le pardon
-    L’Altruisme : terme employé pour désigner l’amour désintéressé d’autrui, c’est-à-dire le souhait généreux qu’autrui trouve sa plénitude, n’attendant rien en retour. La capacité à se réjouir du bonheur des autres.
Remarquons que tous les mécanismes de défense immature du Moi ont 2 choses en commun :
Habitudes de comportements destructeurs gagnant/perdant + Frontière personnelle inachevée et non fonctionnelle : développement psychologique « arrêté ».

Tous les mécanismes de défense mature du Moi ont également 2 choses en commun :Habitude de comportements constructifs gagnant/gagnant + Frontière personnelle fonctionnelle remplie de portails pilotés par un pouvoir d’observation bien développé : haut niveau d’attention!

2- Le blocage de notre pouvoir de décision:
LE NARCISSISME PATHOLOGIQUE

 

012.jpg

Est-ce que nos habitudes nous servent tout en servant simultanément les autres?
Alors ce sont des habitudes gagnant/gagnant constructives et matures.

Est-ce que nos habitudes nous servent tout en desservant les autres,
ou bien servent-elles aux autres en nous desservant nous-même?
Alors il s’agit d’habitudes gagnant/perdant destructrices et immatures

 

La théorie des jeux et l’équilibre de Nash

Attitudes-échanges gagnant/perdant

ou gagnant/gagnant ?
En société, nous ne prenons quasiment jamais de décision sans que celle-ci n’ait un impact sur les autres. John Nash fut un pionnier dans la sphère mathématique des sciences économiques appelée la Théorie des Jeux. Cette branche des sciences sociales concerne le comportement de groupes de gens s’engageant dans tout commerce (échange). La théorie des jeux et l’équilibre de Nash sont des merveilles de la pensée moderne, car ses idées sont selon moi la première preuve scientifique d’une loi appartenant jusque-là au monde mystique de la spiritualité : l’existence du Karma (justice cosmique – tout se rééquilibre ; le dicton « la roue tourne »)!

Nash utilisa l’idée mathématique de l’Itération afin de s’approcher de formules qui expliquent les comportements humains du conflit et de la négociation ! La théorie de Nash est très bien illustrée dans le film sur sa vie «A beautiful Mind ». ⇒ Une bombe sexuelle entre dans la pièce accompagnée de ses copines moins jolies. Si Nash et tous ses potes étudiants se bousculent pour draguer la plus belle des filles, ils risquent tous de « perdre »: trop de compétition concentrée sur une seule fille + les autres nanas qui vont se vexer d’avoir été traitées comme des seconds prix ! Néanmoins, si PERSONNE ne tente de s’approcher de la plus belle fille, et qu’ils entrent ensemble en contact avec les autres nanas initialement moins attirantes, la plupart d’entre eux atteindront l’objectif du bien-être dans cette interaction sociale.

La théorie, c’est que dans toute compétition, la plus grande réussite (la plus grande valeur) est atteinte lorsque chaque individu fait SIMULTANÉMENT ce qu’il y a de mieux pour lui-même et pour le groupe! C’est le seul moyen permettant que ‘TOUT LE MONDE GAGNE’ :que les besoins de chacun soient satisfaits!

Le principe du comportement GAGNANT/GAGNANT était né ! Nash étudia le comportement d’étudiants dans un jeux modèle dénommé « le dilemme du prisonnier » ; un jeu dans lequel 2 opposants sont poussés l’un contre l’autre dans une série de  pseudo interrogatoires par les autorités. Ce qui est imaginé, c’est que les 2 sont complices dans un crime, mais on les interroge séparément ! Cependant, il y a un HIC : les « règles » :

-    Si vous confessez le crime et que votre partenaire nie, il est libéré et vous allez en prison.
-    Si vous niez le crime, et qu’il se confesse, alors c’est lui qui va en prison !
-    Si vous avouez le crime tous les 2, vous êtes tous les 2 libérés sur parole !
-    Si vous niez tous les 2, vous êtes exécutés immédiatement tous les 2 !

C’est un peu comme en business : il y a 2 partis dans le deal (interaction et échange) qui ont chacun leur « frontière personnelle »  contenant leurs croyances privées à propos du monde et à propos des éventuelles intentions de la personne en face. Nash se rendit compte que les étudiants créaient des STRATÉGIES basées uniquement sur ce qui se passait dans leur tête – leur psychologie privée – leur modèle du monde– et ne prenaient pas en compte les éventuelles données de leur environnement! En fait, l’expérience supprimait toute donnée et toute preuve de ce qui se passait dans l’environnement : Chaque étudiant était « isolé » dans une salle séparée, et ne pouvait absolument pas se douter de ce que l’autre pensait et disait de l’autre coté du mur!

Faisons une pause … Pouvons-nous exactement savoir ce qu’une personne est en train de penser dans son royaume psychologique subjectivité privé ? Avons-nous accès aux systèmes de croyances des gens avec qui nous interagissons?Si on fait le rapprochement entre la théorie de Nash et le domaine de la psychanalyse, ces STRATÉGIES mystérieuses que chaque étudiant concoctait dans sa propre tête ne correspondait à rien d’autre à part des HABITUDES DE PENSÉES ET DE COMPORTEMENTS connus sous le nom de mécanisme de défense du moi !

En fait, les participants du jeu révélaient la qualité de leur « mentalité » au travers du prétexte du jeu !Curieusement, 2 stratégies principales émergèrent : -    À un extrême, il y avait ceux qui utilisaient la “LOI D’OR” – des étudiants qui confessaient le crime, prêt à abandonner leur liberté afin que l’autre personne soit libéré, et peut-être espéraient-il être magiquement récompensé d’avoir jouer « la victime » ! Ils se laissaient « perdre » pour que l’autre puisse « gagner », ou bien se laissaient faire et « abandonnaient la partie », ils baissaient les bras! -    ⇒ Attitude PERDANT/GAGNANT ! Ces étudiants perdaient le jeu RAPIDEMENT ! Et il ne furent jamais récompensé pour avoir jouer au fou ou au martyr ! Ça ne vous rappelle rien dans votre expérience ou dans votre travail ? Y a-il une récompense quand on laisse sa promotion ou son opportunité passer en la donnant à un autre ?! NON !!! ⇒ Cette approche passe par « trop de CONSCIENCE », et par des TROUS dans la frontière personnelle !-    À l’autre extrême du spectre des stratégies, les étudiants utilisaient la « LOI DE FER» , ou «Dent pour dent, oeil pour œil » (qui est une stratégie dominante en business de nos jours) Ces étudiants niaient typiquement le crime à chaque fois. A chaque nouvel interrogatoire, ils espéraient que leur partenaire craquerait et passerait du coté des 50% de chance qu’il se confesse confesser, afin d’être éventuellement, « avec un peu de chance », libéré sur parole ! Ils pensaient pouvoir prendre avantage des statistiques! -    Il s’agit encore d’une stratégie GAGNANT/PERDANT (inversée). -     À cause de son caractère agressif, elle permet temporairement de gagner éventuellement quelques victoires ! Cependant lors de l’interrogatoire, on « suggérait » à chaque étudiant ce que l’autre avait (peut-être) dit lors de l’interrogatoire précédent etc.(méfiance entre les partis) Lorsqu’un des 2 imaginait cette stratégie agressive de la part de son partenaire, il répondait immédiatement avec la même agressivité, les menant tous les 2 à la chaise électrique !-    à la finale ==>PERDANT tous les 2 !-     ⇒ Cette approche passe par « trop d’INTUITION », et par des MURS dans la frontière personnelle choisissant l’approche agressive utra-compétitive !Appliquée aux business, cette métaphore éducative montre que NI la règle d’Or, NI la règle de Fer ne sont des stratégies gagnant sur le long terme, et cela pour les 2 partis. La règle d’or marche uniquement si chaque parti se comporte ainsi À CHAQUE FOIS ! Et la règle de Fer permet d’avoir quelques victoires temporaires à court terme.Au point médian, entre ces 2 extrêmes se trouve le point d’équilibre ou les 2 partis font un compromis leur bénéficiant ainsi qu’à l’autre, simultanément. Dans l ‘équilibre de Nash, les meilleures retombées se manifestent  quand une personne agressée répond avec la règle de fer, puis revient vers la règle d’Or si l’ami opposant change de comportement et fait la bonne chose constructive, débouchant sur « le pardon et l’oubli » du passé.

Ce passage fluctuant d’une stratégie à l’autre peut être comparé à l’utilisation de PORTAILS dans notre frontière personnelle, doublé d’un pouvoir de décision constructif – à l’image de la membrane semi-perméable :OUVRIR LA PORTE aux comportements/attitudes gagnant/gagnant et FERMER LA PORTE à la destructivité! Ces 2 extrêmes du spectre stratégique expliquent et définissent les 2 composants  définissant la qualité de notre pouvoir décisions : LA CONSCIENCE & L’INTUITION !

-Trop de Conscience (sens intérieur éthique surdéveloppé ou déréglé d’être sur le point d’être constructif ou destructeur) fait agir sans prêter attention à l’environnement par NAIVETÉ ou rend passif/figé afin de s’aligner avec l’environnement (loi d’Or de l’expérience de Nash) ! Nous sommes trop conscient de nous-même et pas assez vis-à-vis de l’environnement !

-Trop d’intuition (sens intérieur surdéveloppé ou déréglé percevant si l’environnement est sur le point d’être constructif ou destructeur envers nous) fait agir avec ingéniosité mais avec immoralité.(loi de Fer de l’expérience de Nash). Nous sommes trop conscient vis-à-vis de l’environnement  et pas assez de nous-même!-La SAGESSE alterne et équilibre la conscience et l’intuition en fonction deL’environnement et des circonstances !

013.jpg
L’humanité est ultimement UNE. Nous avons besoin les uns des autres sur le long terme, même si nous entrons en compétition sur le court terme. Donc, le seul moyen de « gagner » au jeu de la vie est d’aspirer dans toutes nos actions à entrer dans des échanges gagnant/gagnant avec nos semblables, faisant simultanément bénéficier nous-même ainsi que « l’autre »!

014.jpg

 

Au travers de notre histoire personnelle, nous avons plus ou moins rempli 2 « réservoirs » qui définissent la nature de nos décisions : notre CONSCIENCE et notre INTUITION ! L’intuition n’est pas vue ici comme l’instinct mais comme une aptitude acquise au cours du temps par l’apprentissage: un SENS qui nous prévient AVANT qu’on ne s’aventure dans un nouvel environnement ou qu’on essaie quelque chose d’inédit ! C’est la Vie qui « remplie »ces 2 réservoirs avec + ou – de conscience et d’intuition. La vie est une succession infinie de décisions (choix spécifiques en réponse à l’environnement). Et chaque nouvelle décision MODIFIE TOUTE LA STRUCTURE de notre pouvoir de décision LORSQUE NOUS ACTIVONS À CE MOMENT NOTRE POUVOIR D’OBSERVATION, c’est-à-dire que nous sommes pleinement présent à ce que nous sommes en train de faire. Ensuite le résultat peut être soit destructeur soit constructif. Cependant nous sommes récompensé par un peu plus de conscience et d’intuition à chaque nouvelle décision que nous prenons ! Notre double réservoir s’enrichit et élargit nos options!Plus nous prenons consciemment de nouvelles décisions, et plus notre pouvoir de décision se renforce ! Notre CONSCIENCE sait si nos motifs intérieurs pour prendre une décision viennent d’une éthique qui est destructrice et gagnant/perdant, ou plutôt constructive et gagnant/gagnant. Même chose avec notre INTUITION, nous pouvons la perfectionner en utilisant notre pouvoir d’observation ! Lorsque nous opérons depuis le présent, nos décisions nous font croître psychologiquement en remplissant notre double réservoir de conscience et d’intuition.015.jpg

Comme chacun d’entre nous avons sans doute pu le remarquer, l’age psychologique ne correspond pas souvent à l’age chronologique.  On appelle cela l’ARRÊT DU DÉVELOPPEMENT ! La chose arrive quand quelqu’un reste « coincé » à un certain niveau de maturité alors que le temps chronologique continue de passer !

Lorsque nous voulons quelque chose, nous avons le choix entre 2 chemins : Soit on manifeste toutes les caractéristiques immatures de la petite enfance :

-La satisfaction immédiate (Je veux ça là, maintenant, tout de suite)
-La mentalité destructrice gagnant/perdant
(je dois utiliser et/ou éliminer l’autre pour avoir ce que je veux)
-Envisager le monde humain comme un endroit de pénurie et de manque
- Ne pas voir les « autres » et leur manquer de considération
- Le manque de respect envers les autres
-La paresse, la passivité et le manque d’auto-discipline
-L’agressivité physique destructrice (donnes moi ça tout de suite ou je te frappe)
-L’agressivité passive

Alternativement, nous pouvons utiliser les mécanismes matures de défense du Moi :

- Notre pouvoir d’observation et un haut niveau d’attention

-La satisfaction anticipée et retardée-l’auto-discipline

-La méthodologie patiente de l’anticipation, de la pratique et de la répétition

-La pensée constructive gagnant/gagnant nous pouvons tous les 2 bénéficier (satisfaire nos besoins)simultanément de mes décisions.

-Envisager le monde humain comme un endroit d’ABONDANCE.

-Le travail d’équipe et le respect des autres

Toute criminalité, quelque soit son degré, apparaît immature, même les guerres entre nation. Mais toute maturité effective permet de sortir du sentiment d’être « prisonnier » de notre vie actuelle, pour entrer dans la croissance spirituelle continue que l’adulte mature savoure : la Sagesse !Quel est le degré de maturité d’un parent dont l’age psychologique arrêté est de 13 ans ou de 20 ans lorsqu’il élève ses enfants à votre avis?? Et ouai : 13 ans  ou  20 ans! Ses enfants – s’étant sûrement eux-mêmes arrêtés dans leur développement psychologique à cause de l’immaturité de leurs parents – s’ils font des enfants plus tard- seront-ils équipés pour aider leurs enfants à développer un caractère adulte mature ??? la réponse est simple à deviner : leur age psychologique sera encore moins avancé que les 13 ou 20 ans de leurs parents …

Sauf…. Que l’être humain a une capacité inhérente gigantesque de résilience et de croissance personnelle en lui : le pouvoir d’observation : l’OBSERVATEUR permet à un être humain d’évoluer à des vitesse spectaculaires une fois qu’il est activé, et cela aussi vite que nous sommes capable de le gérer ! Donc, tout ce qui nous fait sortir du « moment présent » participe à abaisser notre maturité psychologique. Et même des territoires entiers peuvent avoir une maturité psychologique/spirituelle moyenne bien plus basse que dans d’autres zones du monde ! De telles « forces » incluent la suractivité, ayant tellement de choses à faire que nous n’avons plus le temps de nous immerger dans le moment présent, ou de partager un repas en toute simplicité avec quelqu’un ; mais surtout tout ce qui endort notre lobe frontal (libre-arbitre) comme les médias contrôlés, la publicité et tous les divertissements aseptisés proposés par la société moderne, nous faisant « penser » à tout sauf à notre propre développement personnel ! Et également tout facteur qui diminue la qualité de l’éducation, de l’information et l’accès au traitement médical ; La présence de maladies mentales modernes comme les désordres post-traumatiques et les dépressions qnous « enferment » dans notre passé, et les désordres d’anxiété nous « enferment » dans le stress à propos du futur !Si vous n’entretenez pas votre pouvoir d’observation et votre niveau d’attention, (lobotomie indirecte du lobe frontal : suppression de tout réel libre-arbitre) et que vous vous arrêtez instantanément de créer de nouvelles décisions ⇒ Alors vous arrêtez votre croissance et vous devenez moins vivant, plus mécanique/automatique avec tout ce que cela engendre comme effets néfastes sur votre vie !

4- La SAGESSE comme point d’équilibre

entre la conscience et l’intuition dans nos prises de décision

 

Si vous deviez prendre une décision et que cette décision soit « dois-je ouvrir le feu avec mon fusil ? » y a il une « bonne » réponse à cette question? bien sur que non : la réponse ne dépends pas uniquement de MOI, mais du CONTEXTE, de l’ENVIRONNEMENT dans lequel je me trouve au moment de prendre ma décision, plus la situation morale dans tout ça !Et si en nous nous rajoutons ; « dois-je ouvrir le feu avec mon fusil dans cette banlieue pleine de foule ? La réponse sera probablement non. Si nous décidions d’ouvrir le feu, il s’agirait probablement d’une décision destructrice venant soit d’une faible conscience (peu importe ce qui se passe dans cette banlieue), ou d’une faible intuition (pas assez d’ingéniosité pour repérer que cet environnement n’est pas l’endroit idéal pour ouvrir le feu)

Mis si nous rajoutions : « dois-je ouvrir le feu avec mon fusil dans cette banlieue pleine de foule alors que je suis en pleine opération avec une unité spéciale de police »? La réponse devient probablement oui ! Ne pas tirer relèverait alors d’une faible conscience ! Une faible intuition ferait qu’il y a un manque d’estimation de L’ENVIRONNEMENT qui DEMANDE que nous tirions pour notre propre protection et celle des autres.Certaines personnes  obsédées par la moralité avec un grand M ont une tendance à porter le poids du monde tout entier sur leurs épaules. Ils ont trop de conscience en comparaison de leur niveau d’intuition ! [Freud appelait cet état being top-heavy on "Superego guilt" (Surmoi trop “lourd”)] L’autre extrême, des personnes n’ayant aucune moralité ou éthique, ont un niveau supérieur d’ingéniosité en rapport à l’environnement en tant que bon ou mauvais, et sont donc plus agressif et décisifs, mais perdent sur le long terme. Ils ont trop d’intuition en comparaison de leur niveau de Conscience !

016.jpg

 

La sagesse est l’équilibre parfait entre les 2 qui est une façon GAGNANT/GAGNANT de prendre des décisions, trait de caractère du LEADER : le meneur d’hommes… Vous savez à présent comment travailler à maîtriser votre 1e RESSOURCE PSYCHOLOGIQUE INTÉRIEURE stockée à l’intérieur de votre frontière personnelle.

Notre pouvoir de décision mène au 2e composant de la plénitudeet de l’accomplissement durable de soi ⇒ LA LIBERTÉ

————————-

Dans tout problème en rapport aux décisions que vous prennez, vous avez besoin :

1- de l’Observateur, votre pouvoir d’observation
qui vous permet d’apprendre en observant les retombées de vos décisions

2- d’examiner la nature de vos décisions en rapport à ce « problème ».

-Avez-vous une tendance à être destructeur (gagnant/perdant) ?
-Avez-vous une tendance à être masochiste (perdant/gagnant) en voyant le monde comme un endroit adverse de pénurie et de manque ou il faut utiliser les autres ?
-Pour que vous ayez raison, l’autre doit-il forcément avoir tort ?

-Ou avez vous plutôt une mentalité constructive et optimiste (gagnant/gagnant), envisageant le monde humain comme un endroit d’abondance ou chacun peut atteindre sa plénitude, satisfaire ses besoins et être heureux ?

3-Qu’est-ce qui dans ce « problème » vous donne l’impression d’être contrôlé, enfermé et prisonnier, manquant de liberté .. de ne pas avoir d’autre choix ? Quoi qu’il en soit vous devez remplir votre pouvoir de décision d’intuition et de conscience pour résoudre le dilemme !

⇒ Examinez votre conscience en relation à ce « problème ». Le « problème est-il survenu parce que vous n’aviez pas examiné vos motifs intérieurs ni votre éthique ? Êtes vous destructeur et amoral ? Si c’est le cas, tirez en une leçon en utilisant votre pouvoir d’auto observation afin d’ARRETER CELA en étant plus constructif ! Vous pouvez créer un nouvel élan d’habitudes par la pratique répétitive de cette nouvelle manière de vous y prendre !

⇒ Examinez votre Intuition en relation à ce « problème ». Le « problème est-il survenu parce que vous étiez naïf ? Avez-vous du mal à reconnaître quel environnement a tendance à créer des « problèmes » en étant destructeur envers vous ! Si c’est le cas, rappelez vous que l’environnement est par définition en dehors de votre contrôle et tirez en une leçon ⇒SORTEZ de cette environnement destructeur en vous dirigeant vers un environnement plus constructif ! Créer un nouvel élan d’habitudes par la pratique répétitive de cette nouvelle manière de vous y prendre !

Si vous faites cela, la partie concernant vos décisions à propos du problème sera résolue et vous aurez atteint la liberté face à cet ex-problème …

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

francoisbamba |
Carnet de Blog |
philea |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Documentaires pour tous
| boumboumjames
| femmeavenirhomme